Transformations de l’Europe et ouverture sur le monde aux XVIe et XVIIe siècles

LA NAISSANCE DES TEMPS MODERNES

Première partie : L’HUMANISME, LA RENAISSANCE, LA REFORME

Introduction:

A partir du XV ème siècle, la civilisation européenne se transforme rapidement. C’est la fin du moyen-âge et le début des temps modernes. Quelles sont ces transformations et qu’ont-elles modifié ?

I°) L’Humanisme.

A) Qu’est ce que l’humanisme ?

La curiosité
L’esprit critique 
L’attirance vers la sagesse de l’antiquité.
La remise en cause des croyances du moyen âge.
L’homme est à l’image de Dieu: libre et intelligent.
L’instruction, la connaissance, permettent à l’humanité de progresser. 
En 1543, Copernic découvre que la terre tourne autour du soleil.
Rabelais explique dans Pantagruel et Gargantua quelle doit être l’éducation d’un humaniste.
Erasme dénonce les insuffisances du moyen âge.

B) La diffusion de l’humanisme.

L’invention de l’imprimerie par Gutenberg en 1453 fut décisive dans le développement de l’esprit humaniste. Des livres plus petits, moins chers, sont désormais publiés en grande quantité et peuvent ainsi être étudiés par plus de personnes. Les traductions des textes antiques sont les plus imprimés (la Bible).

 II°) La renaissance artistique.

A) Un art nouveau inspiré de l’antiquité.

L’Italie est le foyer de la Renaissance. C’est à Florence, puis à Rome et Venise que les artistes peuvent développer leur art, grâce aux seigneurs mécènes (protecteurs). Ces artistes sont des humanistes qui rejettent la culture du moyen âge.

L’art du moyen âge est principalement un art religieux. L’art de la renaissance est centré sur l’homme:

Ø Les artistes traitent des sujets autres que religieux (mythologie, vie quotidienne).
Ø En sculpture ou peinture , l’homme devient le sujet principal des artistes. Ils cherchent à exprimer sa force et sa beauté, mais aussi les sentiments.

Pour cela, ils s’inspirent de l’art grec et romain. La symétrie, l’équilibre, l’harmonie des formes est privilégiée. Cette influence se remarque aussi en architecture (frontons, colonnes, chapiteaux) 
Ils développent aussi de nouvelles techniques (perspective, clair-obscur, peinture sur toile).

B) La renaissance en Europe.

L’art italien est imité en Europe. En France, François 1er fait venir des artistes italiens (Léonard de Vinci qui a peint la Joconde). 
La renaissance française se remarque particulièrement dans l’architecture. Les châteaux de la Loire ne ressemblent plus au châteaux forts. Ils deviennent des demeures où il fait bon vivre et perdent leur caractère défensif: les fenêtres sont larges, il n’y a plus de remparts, les douves deviennent des étangs, et sont entourés de jardins à la française (symétriques).

 III°) La Réforme protestante.

A) La crise de l’Eglise.

Au XV ème siècle, les hommes sont éprouvés par de nombreux fléaux (peste, guerre, famine). Les chrétiens redoutent de plus en plus la mort (le jugement dernier) et craignent pour leur salut (paradis, enfer, ou purgatoire).
L’Eglise a du mal à répondre aux angoisses des fidèles. La vente d’indulgences (tickets pour le paradis) ne profitent qu’aux riches. 
Le clergé est aussi critiqué pour le luxe dans lequel il vit, mais aussi pour ses divisions (ex :le Grand Schisme entre 1378 et 1417).

B) Luther et Calvin.

Les humanistes cherchent à rénover le christianisme. Ils incitent les chrétiens à lire la Bible pour retrouver le christianisme originel.
Leur désir de réforme du christianisme va les amener à créer une nouvelle religion.

C) La réaction de l’Eglise.

Les idées de Luther et de Calvin ont du succès. Vers 1550 l’Europe du Nord est devenue protestante (Angleterre, Flandres, Suisse, le Nord du saint empire, Le sud de la France…).

Lors du concile de Trente (1545-1563), l’Eglise prend des décisions pour combattre l’hérésie protestante:

Ø réaffirmation des croyances (dogmes) catholiques.
Ø Création des séminaires pour former les prêtres.
Ø Création des Jésuites (ordre monastique dont le but est de diffuser la foi catholique, et de combattre le protestantisme).

Deuxième partie : LE ROYAUME DE FRANCE AU XVIeme SIECLE

Introduction :

Au XVI eme siècle, le royaume s’agrandit et l’autorité du roi se renforce pour devenir absolu. Pourtant le royaume est déchiré par les guerres de religions entre catholiques et protestants.
Ces tensions religieuses vont elles remettre en cause la construction du royaume ?

I°) L’autorité royale se renforce.

A) Le royaume s’agrandit.

Au XV eme siècle, le domaine royal s’est encore agrandi. Louis XI (1461-1483) conquiert la Picardie en 1477, la Provence en 1481, le Maine et l’Anjou en 1481 ainsi que la Bourgogne en 1483. 
François 1 er (1515-1547) va rattacher au royaume, la Bretagne, la Saintonge, le bourbonnais et l’Auvergne. Henri IV(1589-1610) va apporter le Béarn, le Limousin et le Rouergue.
Les rois ont aussi des ambitions extérieures. (l’Italie de 1494 à 1515). Mais elles se heurtent à celles de l’empereur Charles quint. En 1534, jacques Cartier colonise Québec pour le compte de François 1 er.

B) Le roi, vers un pouvoir absolu:

Les rois renforcent leur administration qui devient centralisé :

Ø A paris, le roi s’entoure de son conseil ou siègent le chancelier (ministre de la justice) , le connétable (armée) ainsi que quatre secrétaires d’Etats qui sont directement nommé et révoqué par le roi.
Ø Dans les provinces, le roi utilisent des fonctionnaires (officiers) qui ne sont pas nommés par le roi, mais qui lui achètent leur charge ou office. Ils sont contrôlés par des commissaires du roi.

Le roi s’entoure d’une cour, ce qui lui permet de contrôler la noblesse attiré par les honneurs (commandements militaires, les pensions) que le roi offre. Les arts de la renaissances sont utilisés pour renforcer le prestige du prince (ex : château de la Loire).

Les villes perdent leurs libertés acquises au moyen age, et les états généraux ne sont plus convoqués.

En 1516, le concordat est signé avec la pape, et donne à François 1er le droit de nommer les évêques. 
Il harmonise les coutumes du royaumes: en 1539, l’ordonnance de Villers-Cotterêts rend obligatoire l’utilisation de la langue française dans les actes officiels, et oblige les prêtres à tenir des registres de baptême, mariage et sépulture.

 II°) Le royaume en crise.

A) Le problème protestant.

Les protestants français (hugenots) sont deux millions, soit 10% de la population. Ils sont surtout présents dans le sud de la France. Certains grands seigneurs proches du roi sont protestants (Amiral de Coligny). Les catholiques s’inquiètent de cette situation. De 1562-1598, une guerre civile va opposer catholiques et protestants.

B) Les guerres de religions.

Le 24 Août 1572, à l’occasion du mariage de Henri de Navarre et de Marguerite de Valois, le roi Henri II influencé par sa mère Catherine de Médicis, laisse s’organiser le massacre de la st Barthélémy, dans le but d’éliminer les chefs protestants. Ce massacre fait plus de 3000 morts parmi les protestants.
En 1589, Henri III est assassiné. Il n’a pas de descendance. Son plus proche parent est Henri de Navarre, mais il est protestant. Les catholiques dirigés par le famille Guise constituent une ligue (conjuration) pour empêcher Henri d’accéder au trône. Mais en 1593, Henri se convertit au catholicisme, restaure l’unité du royaume et devient Henri IV. En 1598, il signe l’Edit de Nantes qui autorise le culte protestant dans certaines villes.

Conclusion :

Henri IV réussit à apaiser les tensions religieuses, et à renforcer l’autorité royale. Il prépare ainsi la voie a la monarchie absolue de Louis XIV.

La curiosité, l’esprit critique ainsi que la croyance en la supériorité de l’homme ont permis à l’Europe d’élargir leurs connaissances.

©WapEduc

Retour

Accueil