L’éloge et le blâme

L’éloge est un discours visant à faire partager au destinataire une opinion positive sur une personne, une institution, une oeuvre…
Inversement, le blâme formule une critique, une condamnation.

Le locuteur cherche à convaincre ou à persuader le destinataire de la validité de son opinion sur l’objet dont il parle, que le jugement soit valorisant, dans le cas de l’éloge, ou dévalorisant, dans le cas du blâme.


A la croisée des genres et des registres, ces deux notions permettent une approche des façons de persuader, en montrant la part des affects dans l’argumentation.

Elles sont l’occasion d’aborder des textes diversifiés, qui constituent des références culturelles importantes (par exemple La Bruyère) en relation avec des pratiques toujours actuelles. L’éloge et le blâme sont en effet très répandus sous diverses formes : dans la littérature, la presse, les images, le portrait.

L’éloge et le blâme font partie des stratégies de l’argumentation.
L’éloge est un discours dans lequel ou par lequel le locuteur vante les mérites, les qualités de quelque chose ou de quelqu’un.

Le blâme est un discours qui vise à exposer et mettre en relief les défauts de quelque chose ou quelqu’un.

L’éloge et le blâme s’opposent donc radicalement, les procédés utilisés visent à une valorisation dans le cas de l’éloge et à une dévalorisation du sujet ou de l’objet dans le cas du blâme.

Procédés utilisés:
 
– Pour l’éloge:
 
* Un lexique valorisant: on pourra, par exemple, relever un champ lexical du beau, du luxe … associé à des superlatifs et comparatifs de supériorité.
 
* Des figures de style visant également à valoriser ce dont il est question: comparaison, hyperboles…
 
– Pour le blâme:

 
Un lexique et des figures de style visant à diminuer, à dévaloriser ce dont il est question: emploi de superlatifs et comparatifs d’infériorité…

Retour