SANTE

Gérer ses complexes

Comment gérer ses complexes ? L'autodérision permet de relativiser ce qui nous déplaît dans notre physique...

Source : keek.fr

"Moi, j'ai demi-tarif sur les voiliers grâce à mes oreilles décollées !"... "Et moi, je suis tellement plate qu'on peut me faxer !... L'autodérision a du bon : elle permet de relativiser ce qui nous déplaît dans notre physique, parfois au point de nous gâcher la vie...

Beaucoup (mais vraiment beaucoup) de gens souffrent de complexes, plus ou moins handicapants, même si certains sont prêts à tout plutôt que de l'admettre.

Dans notre société où l'apparence joue un rôle démesurément important, ne pas correspondre aux canons de la beauté peut en effet devenir une vraie source d'angoisse. Mais pas de panique, on peut s'en sortir avec un peu d'humour et si on prend conscience de quatre points clés.

1. Personne, PERSONNE n'est vraiment parfait

N'oubliez jamais que ceux ou celles qui sont tellement beaux qu'ils en ont fait leur métier sont souvent retouchés (merci le scalpel, merci photoshop !) pour cacher un truc disgracieux ou pousser le perfectionnisme à son comble. Quand on prend conscience que personne n'est la beauté et la grâce incarnées, on se sent déjà moins minable.

Regardez autour de vous, osez interviewer vos potes, même les plus gâtés par la nature : "si une bonne fée te demandait ce que tu voudrais changer dans ton apparence, qu'est-ce que tu lui dirais ?" Observez, non pas la réponse qu'on vous fera, mais la rapidité avec laquelle la réponse fusera, preuve évidente qu'on y a déjà pensé... n'y a-t-il pas là matière à réflexion ?

 

LES LUNETTES
Nombreux sont ceux et celles qui trouvent que leurs lunettes - surtout avec des verres épais - leur font une tronche de cake, et refusent de faire de leurs bésicles un "accessoire fashion" selon la formule chère aux opticiens.
Vous pouvez parfaitement, à votre âge, porter des lentilles de contact. C'est onéreux ? Pas tellement plus qu'une monture de marque. D'ailleurs vous pouvez toujours faites du babysitting ou expliquer à votre famille que ce sera un super cadeau d'anniversaire.

 

2. Les cas vraiment désespérés sont rares

Nous ne vivons pas sur une terre uniquement peuplée d'elfes élégants, mais nous ne sommes pas non plus, heureusement, réduits à un troupeau de Quasimodo. Les défauts qui nous agacent sont donc dans la plupart des cas relativement bénins.

Certains se corrigent tout seuls avec le temps (appareil dentaire, acné, poitrine plate) et on peut souvent jouer au plus malin avec les autres. Ainsi, une bonne coupe de cheveux cachera un front digne du monstre de Frankenstein ou des oreilles trop grandes. Et des sourcils de Cro-Magnon peuvent s'épiler, mais oui, même si on est un garçon.

 

ARGH, J'SUIS GROSSE, J'SUIS GROSSE !
La majorité des filles surveille son poids, et une grosse (!) partie d'entre elles se trouve énorme... à tort. La vraie surcharge pondérale commence lorsque l'IMC (Indice de masse corporelle) est supérieure à 25. Pour le découvrir, à vos calculettes : divisez votre poids (en kg) par votre taille (en mètre) au carré.

 

3. On peut toujours zoomer sur ses qualités

Si on a tous quelque(s) chose(s) qui cloche(nt), on a aussi tous au moins un truc joli. De beaux yeux, un sourire éclatant, des jambes bien fichues... Alors, pas de fausse modestie idiote : chacun peut trouver son point fort. Avec un peu de bol, on en trouvera même deux ou trois. Ensuite, on s'arrangera pour attirer l'attention dessus.

Ainsi, il est assez simple de s'habiller en fonction de sa silhouette : un(e) grand(e) maigre tirera parti des superpositions et rayures horizontales qui flatteront rarement un(e) petit(e) rond(e). Les magazines et les sites web regorgent de conseils à ce sujet, et certains ne sont pas idiots. Attention, toutefois : comme le but est juste de se montrer plutôt à son avantage, inutile d'en faire des tonnes, ça peut vite devenir pathétique.

 

LE RECOURS AU BISTOURI
Le docteur Serge Himy, chirurgien plastique, explique qu'on peut corriger très tôt des oreilles franchement décollées, mais sauf cas de disgrâce majeure proche de  la malformation, il estime qu'opérer des adolescents n'est pas opportun.

 

4. Et puis, on peut aussi penser à autre chose

L'obsession de son apparence et surtout de ses défauts physiques ne mène pas loin. Remâcher à longueur de journée qu'on est un affreux boudin que personne n'aimera jamais est très mauvais pour le teint et ne connecte qu'un tout petit nombre de neurones. Intéressez-vous donc à autre chose qu'à votre nombril.

Enthousiasmez-vous pour une activité qui vous procurera de la joie (révisions, natation, aïkido, guitare...) et qui vous permettra en prime de développer certains talents. C'est excellent pour le moral. De plus, si vous jouez de la gratte comme le bassiste de Muse, il y a fort à parier que personne ne remarquera votre appareil dentaire.

En conclusion (ce n'est pas très original, mais tellement vrai !) l'objectif ultime est de gagner la paix en apprenant à vous supporter tel que vous êtes, et mieux encore à vous aimer comme ça...

©WapEduc

Retour
Accueil WapEduc