SANTE

Les problèmes d'audition

Êtes-vous (assez) à l'écoute de vos oreilles ? Même si cela semble incroyable, les problèmes d'audition ne sont pas une maladie de vieux.

Source : keek.fr

« Baisse le son ! Et enlève tes écouteurs quand je te parle ! » Tout ado a forcément entendu ça. Au risque de vous décevoir, il ne s'agit pas d'un nouveau complot de vos parents pour brider votre liberté. Ils cherchent juste à vous préserver. Car, même si cela semble incroyable, les problèmes d'audition ne sont pas une maladie de vieux.

Chaque garçon ou fille naît avec un certain capital auditif. En gros, on a 15 000 cellules dans chaque oreille et quand ces cellules sont endommagées, elles meurent et ne se renouvellent pas. C'est ce qui arrive quand on s'expose à un bruit fort, supérieur à 85 ou 90 décibels. C'est-à-dire le volume moyen auquel les élèves écoutent leur MP3, comme l'a constaté La Muse en circuit, un centre de création musicale qui intervient dans les bahuts. Et dans les discothèques et concerts, on atteint facile les 92 à 102 décibels.

Faites des pauses !

Conclusion : faut se priver de sorties et de musique ? Non, rassurez-vous.

Simplement, on peut prendre certaines précautions. Exemple : on peut passer une super soirée sans se coller la tête aux enceintes. Idem pour votre baladeur. Les écouteurs offrent un super confort d'écoute, inutile de mettre le son au maximum. Surtout que vous avez plutôt tendance à passer beaucoup de temps dans votre bulle musicale.

Les 15-17 ans sont ceux qui écoutent leur MP3 en continu le plus longtemps : plus de deux heures en moyenne. Mine de rien, cet exercice sollicite beaucoup vos oreilles et les fragilise. Mieux vaut donc faire une pause à intervalles réguliers, au bout d'une heure environ. Mais une vraie pause ! Pas question de se ruer sur la télé pour compenser. Pas question non plus de s'endormir avec le baladeur sur la tête.

UN PRO À L'ÉCOUTE : « C'est la qualité d'un son qui compte, pas la quantité »

Sébastien Béranger, compositeur et directeur de la pédagogie au Centre national de création musicale, La Muse en circuit.

« Parler des risques liés à la musique amplifiée en disant à un ado qu'il va devenir sourd ne sert à rien. Il ne faut pas faire peur mais donner des limites, partir d'exemples concrets. Et surtout prendre le temps d'aborder la physique du son, le fonctionnement de l'oreille, les fréquences. C'est ce qu'on fait avec les "24 heures du son" dans l'académie de Créteil.

Pendant une semaine, on propose à une classe un atelier de prise de son et de traitement informatique afin de créer des morceaux électroacoustiques ou la sonnerie de leur bahut. On aborde la musique différemment, en s'intéressant à la qualité sonore et pas à la quantité, en parlant des techniques, des métiers, des créations possibles dans l'univers musical puis, pour finir, des troubles auditifs, avec des tests, des audiogrammes.

Quand les élèves réalisent que cette fréquence qu'ils n'entendent pas correspond au cri du bébé qu'ils auront peut-être dans dix ou quinze ans, ça les marque. Tout comme quand on teste le volume auquel ils écoutent leur MP3 sur un mannequin et que cela correspond au bruit d'une tondeuse à un mètre ! »

Risques d'acouphènes

Ouais, c'est bien gentil tout ça mais les musicos et les DJ, ils ont la musique à fond, non ?

Effectivement, vos idoles ne donnent pas le meilleur exemple. Pourtant, nombre d'entre eux souffrent à des degrés divers d'acouphènes, c'est-à-dire de bourdonnements d'oreille, voire pour certains de surdité. Mais l'avouer, c'est pas bon pour l'image. Et puis souvent, on ne prend conscience de ce problème qu'au bout de plusieurs années.

« Quand un jeune voit mal, il s'en aperçoit vite. L'usure de l'oreille est plus lente et progressive et les troubles plus difficiles à déceler », explique le professeur Christian Gelis. « Les médecins scolaires contrôlent aussi plus souvent la vue des élèves parce que ces tests sont faciles à mettre en place. Tester l'audition demande plus de temps : il faut s'installer dans une chambre sourde, c'est plus compliqué. »

Selon ce biophysicien spécialiste de l'acoustique, un musicien amateur ou un adolescent qui écoute souvent de la musique devrait faire contrôler son ouïe une à deux fois par an chez un médecin ORL. Même s'il ne ressent aucune gêne. Car ce ne sont pas les bruits désagréables qui sont les plus nocifs.

Ce maudit marteau-piqueur au coin de la rue qui vous empêche de vous concentrer sur votre exo de maths est, au final, moins agressif que l'écoute en boucle et à plein volume de ce super riff de guitare sur votre MP3. Les deux sons sont pourtant au même niveau (100 décibels environ), mais votre oreille est plus directement et plus longuement exposée dans le second cas. Bon à savoir, non ?

LE SAVIEZ-VOUS ?

Keith Richards, célébrissime guitariste des Rolling Stones, est quasiment sourd : il n'entend pratiquement plus que les aigus.

©WapEduc

Retour
Accueil WapEduc