SANTE

Morsures de serpent


Morsure de serpent

Souvent moins grave qu'impressionnante

Contrairement aux idées reçues, il n'existe pas de venin mortel en quelques minutes. Le seul risque grave dans les minutes qui suivent la morsure est le risque de choc anaphylactique (choc par allergie grave). Mais il n'est pas dû à la toxicité du venin, mais à une réaction allergique gravissime de l'organisme. Le même choc peut survenir avec une piqûre de guêpe ou en mangeant des fraises... Les venins des serpents servent à neutraliser la proie, et à assurer une pré digestion de celle-ci. La toxicité du venin est dose-dépendante, ce qui signifie qu'elle est d'autant plus grande que la dose injectée est importante. Ceci explique la faible mortalité en cas de morsure de l'homme (glande à venin non pleine au moment de la morsure, évacuation imparfaite par les canaux à venin).

Il y a 3 types de serpents venimeux :

  1. Les serpents à venin "enzymatique " ou encore appelé "hémotoxique" : il provoque une nécrose de la zone mordue, avec extension plus ou moins importante. La morsure est très douloureuse, avec œdème important. La zone mordue devient violacée, hémorragique. La gangrène et la surinfection s'installent en l'absence de traitement. Plus précoce est le traitement, moins la zone nécrotique sera importante. Ce type d'envenimation n'est pratiquement jamais mortel mais c'est la plus douloureuse.
  2. Les serpents à venin "neurotoxique" : c'est un poison paralysant comparable au curare. Les paralysies apparaissent en une à trois heures. Elles affectent d'abord les muscles striés, puis remontent pour atteindre les paupières, les muscles de la déglutition et enfin les muscles respiratoires. Le traitement consiste en une assistance respiratoire en "soins intensifs" afin de passer la phase critique. En l'absence de traitement, la victime peut mourir par asphyxie. Les autres signes de l'intoxication par les neurotoxiques sont les troubles visuels, l'hypersalivation, le larmoiement, les sueurs, l'accélération de la motricité digestive (diarrhées, vomissements), le ralentissement du rythme cardiaque et les troubles du comportement avec agitation ou somnolence.
  3. Les serpents à venin "mixte ": ils sont à l'origine des envenimations les plus graves. Ils associent une action neurotoxique et une action hémotoxique. Le tableau clinique est dominé par la douleur, mais c'est le risque de paralysie respiratoire qui fait courir un risque mortel à la victime avec décès en quelques heures. C'est le type d'envenimation la plus dangereuse.
Conseils en cas de morsure

Le principe de base est de tout faire pour ralentir la diffusion du venin. Il faut donc ralentir le rythme cardiaque ou du moins, éviter que celui-ci ne s'emballe. Voici donc quelques mesures à prendre :

S'il est possible de médicaliser d'emblée le patient, au traitement précédent, on pourra ajouter :

N'injectez pas de sérum antivenimeux, produit qui ne doit être utilisé qu'à l'hôpital, car il existe un risque d'allergie. Il n'y a pas d'indication à la corticothérapie ou aux anticoagulants dans les morsures de serpent, du moins en pré hospitalier.

Une morsure de serpent ne signifie pas systématiquement envenimation. La douleur n'est en aucun cas un facteur de gravité. De plus l'envenimation est dose dépendante.

Le venin est injecté profondément : l'aspi venin est donc inutile mais dans la mesure où il ne nécessite pas d'incision cutanée supplémentaire, il n'est pas dangereux et a le seul mérite de rassurer la victime.

Précautions de bon sens

Se rappeler enfin que l'envenimation est rarement mortelle. Alors pas de panique.

 

©WapEduc

Retour
Accueil WapEduc